Témoignage TOC (histoire surprenante)

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



J’ai 45 ans et pendant de nombreuses années j’ai souffert d’un TOC de perfectionnisme c’est-à-dire que je voulais que toutes les choses soient toujours parfaitement propres, bien rangées, etc…

Cela a débuté quand j’étais adolescente où je pouvais passer des heures à faire du rangement, à nettoyer ma chambre même quand elle était propre.

Au début, les troubles obsessionnelles compulsives étaient encore assez méconnues donc mon médecin ne me prenait pas vraiment au sérieux.

Témoignage de guérison du TOC

Mais avec le temps, mon problème n’a fait qu’empirer alors j’ai donc été obligée de me rendre à l’évidence que j’étais bien malade.

Surtout il fallait que je fasse vite quelque chose car je commençais à me renfermer sur moi-même, j’étais toujours anxieuse et je tombais peu à peu dans une dépression. Comme j’étais mariée, mon conjoint a compris qu’il était grand temps que je réagisse.

Témoignage : j’ai guéris de mon TOC

Je suis retournée mon médecin traitant qui a commencé par m’expliquer de quoi je souffrais réellement. C’était très important pour moi de mettre un nom sur ma maladie afin que je puisse mieux la comprendre et surtout en guérir.

Il a tout de suite décidé de me prescrire un antidépresseur mais surtout j’ai été renvoyé vers un psychiatre qui serait plus en mesure de m’apporter une solution à mon trouble obsessionnelle compulsive.

Avec le psy, j’ai suivi une TCC ou thérapie cognitive et comportementale. Cette méthode s’avère très efficace pour guérir même si des fois ce n’est pas très facile car j’étais confrontée à mon toc dans des situations réelles.

Mais le psychiatre était toujours présent pour me permettre de me désensibiliser à mon trouble obsessionnel compulsif c’est-à-dire ne pas vouloir toujours répéter les mêmes gestes. Je dois avouer que certaines séances sont très fatigantes et éprouvantes.

Le psychiatre m’a aussi dit de ne pas avoir honte de mon toc et d’en parler. C’est ce que j’ai fait en allant dans des groupes de paroles. Cela m’a permis déjà de comprendre que je n’étais pas la seule à souffrir d’une obsession et surtout de pouvoir raconter mon histoire librement.

De plus, pour toujours me sentir mieux, j’ai suivi des séances de yoga et de sophrologie pour apprendre à lâcher prise, à me détendre et à prendre soin de mon corps en libérant mon esprit. J’ai appris à travailler ma respiration afin de pouvoir évacuer mon anxiété et mon stress.

Avec le temps, j’ai réussi à m’en sortir mais cela n’a pas été un long fleuve tranquille. Aujourd’hui je n’ai plus de toc même si je suis toujours très ordonnée mais je ne vais plus m’enfermer dans cette prison qui a gâché une partie de ma vie.


Lisez aussi:

TOC : la méditation pour s’en débarrasser ?